Histoire

2 000 av. J.-C. VIe siècle - Les peuplements les plus anciens dont on ait trace à Oman, comme dans le reste de l'Arabie...

remontent au IIIe millénaire av. J.-C. L'empire Magan se développe alors sur la côte de la Batinah, au nord et exploite les riches gisements de cuivre autour de Sohar. Vers 563 av. J.-C., le Nord d'Oman, en déclin, est intégré à l'empire perse des Achéménides. La région méridionale de Dhofar doit alors sa prospérité à l'arbre à encens. Cette gomme aromatique, l'une des denrées les plus recherchées du monde antique, fera la fortune du Sud de l'Arabie jusqu'au VIe siècle de notre ère. 


750-1650 - Au milieu du VIIIe siècle, les tribus du Nord d'Oman envahissent le reste de l'Arabie, conquérant brièvement Médine, avant d'être renversées par les Abbassides. Oman conserve toutefois une certaine indépendance et, jusqu'en 1506, date de l'arrivée des Portugais dans l'océan Indien, la puissance navale d'Oman connaît peu de rivaux dans la région. Les Portugais occupent Oman pendant plus d'un siècle. L'imam sultan Ibn Saif les expulse en 1650. 


XVIIe-XIXe siècles - Cette victoire marque le début d'une ère d'expansion qui placera Oman à la tête d'un vaste empire, de la fin du XVIIe au milieu du XIXe siècle. À son apogée, Oman contrôle à la fois Mombasa et Zanzibar, où la cour est installée, et possède des comptoirs plus au sud encore sur la côte africaine. Certaines régions du sous-continent indien sont aussi sous sa domination. Une période de stagnation suit l'éclatement de l'empire. Les Britanniques font pression pour faire cesser le trafic omanais, établi depuis longtemps, des esclaves et des armes. 


1913-1959 - À la mort du sultan Faisal Ibn Turki en 1913, les tribus de l'intérieur refusent de reconnaître son fils comme imam et remettent leur sort entre les mains d'une autre lignée d'imams. S'ensuit une période troublée, où l'intérieur du pays et la région côtière vivent en lutte permanente. Le nouveau sultan, Saïd Ibn Taymûr, arrivé au pouvoir en 1938, ne parvient qu'en 1959 à reprendre pleinement le contrôle de l'intérieur du pays. 


1970-1987 - En 1970, Qabous, le fils du sultan Saïd, renverse son père lors d'une révolution de palais et entreprend de moderniser l'économie semi-féodale du pays et de lever les lourds interdits sociaux. Les revenus pétroliers, relativement modestes, servent à construire routes, hôpitaux et écoles. Oman s'ouvre au tourisme en 1987. 


Années 1990 - Qabous fait preuve d'habileté en matière de politique étrangère et maintient des rapports amicaux avec l'Iran postrévolutionnaire et des relations diplomatiques avec l'Égypte après la signature d'un traité de paix avec Israël. En 1993, Qabous accueille le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin à Oman et apporte son soutien au processus de paix israélo-palestinien jusqu'à la fin des années 1990. Oman fait partie des pays producteurs de pétrole qui décident en 1998 de réduire leur production, provoquant une hausse des tarifs pétroliers. 


2001 - Oman devient membre de l'OMC en 2001.

Le sultan instaure le droit de vote des femmes et d'éligibilité en 1997. Dès cette date, elles font partie du MAjilis al chura, conseil consultatif. Il instaure également le suffrage universel direct pour les Omanais de plus de 21 ans le 4 octobre 2003. Plusieurs femmes ont donc accédé au poste de ministre à partir de 2004.

Le 10 décembre 2006, les six pays membres du Conseil de coopération du Golfe, dont fait partie Oman, annoncent leur décision de se doter de la technologie nucléaire. 


En 2007, Oman s'est retiré du capital de la compagnie aérienne Gulf Air (Bahreïn) pour se concentrer sur l'expansion de sa compagnie nationale Oman Air qui ouvre à la fin 2007 des lignes directes sur l'Europe et l'Asie (Londres, Paris, Francfort et Bangkok).